Test campbell

Comment procéderTableauCalculez les résultatsDes exercices complémentaires

Lorsque vous voulez adopter un chien, vous désirez normalement trouver celui qui vous convient le mieux. Pour moi qui suis éleveur, certains tests m’aident à déceler les prédispositions à l’indépendance, la dominance ou à la soumission d’un chiot. Ces tests peuvent être pratiqués par l’éleveur ou par le futur propriétaire, en vue d’une sélection appropriée.

Parmi les tests de sélection, le plus reconnu est celui de l’éthologiste américain Dr. Campbell, mis au point en 1975. Ce test comporte cinq (5) exercices réalisables en peu de temps et faciles à interpréter. Il permet donc d’acquérir et de fournir de bonnes indications sur le caractère et le tempérament de base du chiot. Ce test reste le meilleur moyen de choisir un chiot en fonction de ce que l’on attend de lui et de sa future fonction au sein du foyer. Par contre, ce test doit être considéré comme une indication, un guide et non une garantie.

Les conditions suivantes définies par Campbell doivent scrupuleusement être respectées :

  • les exercices sont effectués sur un chiot d’environ sept (7) semaines pour déterminer son caractère ;
  • les exercices doivent s’enchaîner sans temps mort les uns après les autres ;
  • ils doivent avoir lieu dans un lieu inconnu du chiot ;
  • ils doivent être pratiqués sans source de distraction environnante pour le chiot ;
  • le chiot ne doit pas connaître la personne qui lui fait accomplir le test ;
  • le chiot est manipulé avec douceur sans qu’on lui parle ;
  • si le test est pratiqué sur plusieurs chiots, il faut nettoyer l’endroit où le test sera effectué pour supprimer toute trace du passage du chiot précédent.

Haut

Comment procéder

  • Au cours de chaque exercice, observez les réactions du chiot, et notez-les.
  • Cochez l’attitude correspondante sur l’échelle de valeur déterminée par CAMPBELL
    (voir grille ci-joint).
  • Notez les résultats au fur et à mesure – (TD, D, S, TS, I).
  • Pour noter les résultats, utilisez le tableau / grille ci-joint.
  • À la fin du test, totalisez les réponses, puis reportez-vous à l’Interprétation des Résultats.

1. Tester l’attraction sociale

Définissez une zone de votre choix, pénétrez à l’intérieur et placez doucement le chiot au sol en son centre, puis éloignez-vous de lui de quelques mètres dans le sens opposé à celui par lequel vous êtes entré. Agenouillez-vous alors en vous tournant vers le chiot et essayez d’attirer le chiot en frappant doucement dans vos mains (sans l’appeler et sans rien dire). Observez le chiot et vous verrez alors s’il vient vers vous ou non. Si oui, porte-t-il son fouet (queue) haut ou bas ? Cela vous permettra d’apprécier son sens social et de tirer des conclusions sur sa nature, plus ou moins confiante, ou indépendante.

Attitude et notation :

  • Vient directement, la queue haute, saute, mord : TD
  • Vient directement, queue haute, donne la patte : D
  • Vient directement, queue basse : S
  • Vient en hésitant, queue basse : TS
  • Ne vient pas : I

2. Tester son aptitude à suivre l’homme (à la compagnie de l’homme)

Debout près du chiot, commencez à vous éloigner en marchant à une allure normale et sans l’appeler tout en vous assurant qu’il vous a vu démarrer. Observez comment le chiot suit. Ses réactions révèleront clairement son aptitude plus ou moins grande à vous suivre. S’il ne vient pas du tout, il est très indépendant. Assurez-vous tout de même qu’il vous a vu démarrer.

Attitude et notation :

  • Envie de suivre. Saute, donne la patte, mord, gronde : TD
  • Suit directement, queue haute, dans vos pieds, saute : TD
  • Suit directement, queue haute, dans vos pieds : D
  • Suit directement, queue basse : S
  • Suit en hésitant, queue basse : TS
  • Ne suit pas, s’en va, va de son côté, se tient à distance : I

3. Tester ses réactions à la dominance par contrainte

Durée : 30 secondes

Accroupissez-vous et couchez le chiot au sol en le retournant gentiment sur le dos ; tenez-le ainsi, l’obligeant à rester dans cette position, en appuyant une main légèrement posée sur sa poitrine pendant 30 secondes. Le chiot peut se défendre férocement, crier, se débattre, mordre ou bien se calmer et vous lécher les mains. Sa réaction indique l’acceptation ou le refus de votre autorité ainsi que ses tendances réflexes : réflexes actifs de défense (agressif) ou réflexes passifs de défense (couard).

Attitude et notation :

  • Se bat férocement, queue battante, mord : TD
  • Se bat férocement, queue battante : D
  • Se bat férocement puis se calme : S
  • Ne se débat pas, lèche les mains : TS

4. Tester ses réactions à la dominance sociale

Durée : 30 secondes

Un chien dominant pose ses pattes antérieures sur la nuque et le garrot du subordonné. Pour savoir s’il accepte votre domination, procédez de la façon suivante : accroupissez-vous à côté du chiot couché (en sphinx) ; caressez-le doucement d’un geste unique depuis le sommet du crâne, en descendant le long du cou et du dos jusqu’à la base de la queue ; exercez éventuellement une certaine pression pour qu’il reste dans cette position l’empêchant de se relever. Son attitude sous la caresse indique son acceptation ou son refus de votre dominance sociale. Un chiot très dominant essaiera de mordre, grondera ou sautera sur vous. Le chiot indépendant se contentera de s’écarter.

Attitude et notation :

  • Saute, essaie de mordre, gronde : TD
  • Saute, se débat beaucoup : D
  • Se tortille, lèche les mains : S
  • Roule sur le dos, ne se débat pas, lèche les mains : TS
  • S’en va et se tient à distance : I

5. Tester ses réactions à la dominance par élévation (position soulevée)

Durée : 30 secondes

Soulevez le chiot doucement, vos deux mains jointes entrelacées sous son sternum, de façon à ce qu’il ne touche plus terre (soulevez le à environ 30 centimètres du sol). Tenez-le ainsi 30 secondes : le chiot, qui n’a plus aucun contrôle, doit se fier entièrement à vous et accepter votre dominance. Vous observerez alors s’il s’accommode ou non de cette situation. Vous le reposerez ensuite par terre et noterez le résultat.

Attitude et notation :

  • Se débat férocement, mord, gronde : TD
  • Se débat beaucoup : D
  • Se débat puis se calme, lèche : S
  • Ne se débat pas, lèche les mains : TS

À la fin des exercices, caressez le chiot et félicitez-le, quel que soit son comportement, puis ramenez-le à sa mère.

Utilisation du tableau : A – B – C – D – E – F, chaque lettre représente un chiot différent de la portée. Procédez de même pour chaque chiot de la portée. Entourez la réponse et totalisez les réponses par chiots. Reportez-vous à l’interprétation des résultats. Il ne vous restera plus qu’à comparer et à choisir.

Exercice et comportement correspondant Chiot Chiot A Chiot B Chiot C Chiot D Chiot E Chiot F
1. ATTRACTION SOCIALE
Vient directement, immédiatement – queue haute – se jette sur vous – saute – mordille vos main TD TD TD TD TD TD
Vient directement, immédiatement – queue haute – pose ses pattes sur vos mains – donne la patte D D D D D D
Vient directement, immédiatement – queue basse S S S S S S
Vient en hésitant – queue basse TS TS TS TS TS TS
Ne vient pas

I I I I I I
2. APTITUDE À SUIVRE
Envie de suivre – queue haute – donne la patte mord – mord vos pieds – saute – gronde TD TD TD TD TD TD
Suit directement, immédiatement – queue haute – vient entre vos pieds – mord vos pieds – saute

TD TD TD TD TD TD
Suit directement, immédiatement – queue haute – vient entre vos pieds D D D D D D
Suit directement, immédiatement – queue basse S S S S S S
Suit avec hésitation – queue basse TS TS TS TS TS TS
Ne suit pas et s’en va – se tient à distance I I I I I I
3. RÉPONSE A LA CONTRAINTE
Se rebelle violemment – se débat – queue battante – mord TD TD TD TD TD TD
Se rebelle violemment – se débat – queue battante D D D D D D
Se rebelle puis se calme S S S S S S
Ne se rebelle pas – lèche vos mains TS TS TS TS TS TS
4. DOMINATION SOCIALE
Saute sur vous – pose des pattes – mord – grogne TD TD TD TD TD TD
Saute sur vous – pose ses pattes – se tourne – se débat D D D D D D
Se tortille – lèche vos mains S S S S S S
Se tourne assis sur son train – roule sur le dos – Ne se débat pas – lèche vos mains TS TS TS TS TS TS
S’en va et reste au loin, à distance I I I I I I
5. RÉACTION À LA PRISE DANS LES BRAS (ÉLÉVATION)
Se rebelle violemment – se débat – mord – grogne TD TD TD TD TD TD
Se rebelle violemment – se débat beaucoup D D D D D D
Se rebelle, se débat puis se calme – lèche S S S S S S
Ne se rebelle pas – lèche vos mains. TS TS TS TS TS TS
Total : TD (très dominant)
D (dominant)
S (soumis)
TS (très soumis)
I (inhibé)

Haut

Interprétation des résultats

L’interprétation des exercices du test de Campbell est facile, et les résultats sont riches en enseignements. Toutefois, ces exercices ne constituent en aucun cas un bon de garantie et ils ne doivent être considérés que comme un guide précieux pour l’éducation future du chien.

A la fin du test, totalisez les différentes réponses TD, D, S, TS, I. Reportez-vous à l’interprétation des résultats. Procédez de même pour chaque chiot de la portée. Il ne vous restera plus qu’à comparer et à choisir.

Calculez les résultats

Deux « TD » ou plus et quelques « D » : Chiot dominant

Chiot très dominant. Le chien sera peu adapté aux enfants en bas âge et aux personnes âgées. À déconseiller dans une famille où il y a des enfants car il peut réagir de façon agressive. Il peut faire un bon chien de défense, à condition d’être dressé par un propriétaire adulte expérimenté. Il faudra faire attention aux rapports avec d’autres chiens et les lui faire rencontrer souvent de manière à ce qu’il apprenne les règles de la cohabitation canine. Le dressage devra être confié à un expert et non pas à mettre entre les mains d’un profane.

Trois « D » ou plus : Chiot dominant extraverti

L’animal ainsi qualifié a une tendance à la domination loyale, à l’assurance. Il saura très bien s’adapter à un environnement d’adultes. Grand désir de primauté. Attention, s’il est gâté ou si on lui laisse faire ses caprices, il deviendra impossible. Un tel chiot doit être manipulé et élevé avec logique et douceur, mais toujours avec fermeté. Il présente une grande aptitude et une facilité au dressage, aux concours et au travail. Sa présence auprès des enfants n’est pas conseillée.

Trois « S » ou plus : Chiot équilibré

Ni trop soumis, ni agressif, peu susceptible, un tel chien s’adapte partout et bien à tous les types d’environnements (appartement, campagne), même si ses nouveaux maîtres n’ont jamais eu de chiens. Il est parfait et très adapté pour les enfants ou les personnes âgées.

Deux « TS » ou plus, avec un ou plusieurs « I » : Chiot soumis

Sans nul doute, l’animal qui vient d’être testé est à coup sûr un tendre idéal pour les enfants. Pour gagner sa confiance, il aura besoin de beaucoup de compliments et d’affection. Il faut le traiter avec gentillesse. Extrêmement sensible aux remontrances, il est également capable de mordre par peur s’il se trouve acculé sans pouvoir fuir. Le chiot soumis est en général l’ami des enfants.

Deux « TS » avec « I » dans le test « dominance sociale » : Chiot mal socialisé

Il s’agit de chiens mal socialisés à l’homme. L’animal aura des réactions imprévisibles. Si, en outre, on a enregistré des TD ou des D sur la grille de cotation, le chien auquel on a affaire peut mal réagir aux remontrances et à la peur en attaquant, notamment si on le punit. Si la grille comporte d’autres TS ou d’autres I, le plus léger traumatisme peut suffire à le rendre peureux. Ce type de chien réagit donc mal à la présence d’enfants. Il est difficile d’éduquer un tel chien mais une éducation appropriée peut régler ce problème (le socialiser en voyant le plus de choses et de gens possibles). Ainsi, il faut le socialiser avec les êtres humains, les enfants, pour qu’il apprenne à les accepter et non pas à les éviter. Pour les premiers exercices d’obéissance, indispensables, il faudra beaucoup de patience et de douceur.

Enfin, si le total est constitué de notes contradictoires, il y a lieu de recommencer les tests plus tard dans un endroit différent. Si alors on obtient les mêmes réponses, c’est que le chiot est un cas particulier ; son comportement est imprévisible et son caractère changeant.

Haut

Des exercices complémentaires

1. Mettre le chiot en présence de chiens adultes et équilibrés

  • S’il recherche le contact et se met en position de soumission (en offrant son ventre, couché sur le dos), l’animal est « bien dans sa peau » et s’intègre dans la société canine. Il est permis de penser qu’il en sera de même au sein d’une famille.
  • Si, au contraire, il refuse toute autorité extérieure, des problèmes de dominance risquent de se poser. S’il évite tout contact, des difficultés comportementales inhérentes à la peur et à la timidité sont à prévoir.

2. Lâcher le chien dans un environnement qui lui est inconnu et noter ses réactions

  • Le chiot extraverti crie, aboie, se promène (bonne réaction).
  • Le chiot timide, inhibé, pour sa part, reste sur place, tremble, a peur.
  • Le lymphatique rampe modérément.
  • L’indépendant flaire à droite à gauche.
  • Le soumis cherche une présence rassurante.

3. Observer les réaction du chiot aux bruits (sifflet, claquement de mains)

Notez les réactions du chiot :

  • Réagit-il de façon agressive en grognant ?
  • Fuit-il ? Cherche-t-il à se cacher dans un coin ?
  • Est-il indifférent ?
  • Curieux ?
  • Cherche-t-il une présence rassurante ?
  • Reste-t-il prostré de peur ?

4. Le test du miroir

Il consiste à placer le chien âgé de moins de 3 mois devant une glace.

  • Si le chiot reste immobile, il est équilibré, mais plutôt hardi et dominant.
  • S’il s’approche, puis recule, manifestant à la fois de l’intérêt et de la réserve, il est tendre et gentil.
  • S’il grogne ou s’enfuit, il est craintif et peu sociable.

5. Le test du jouet téléguidé ou d’une balle roulante

  • S’il saute dessus, le chiot est de nature plutôt agressive.
  • S’il l’ignore, c’est un indépendant.
  • S’il va se cacher, c’est un peureux.
  • Enfin, s’il s’intéresse au jouet, tout en prenant soin de l’éviter quand celui-ci se dirige vers lui, c’est un chiot bien équilibré.

Une indication et non une garantie

Les exercices du test de Campbell ne sauraient être interprétés comme une vérité scientifique. Ils permettent seulement de déterminer les tendances caractérielles du chiot. Le futur maître peut ainsi sélectionner dans une portée l’animal qui correspond le mieux à sa personnalité ou à l’utilisation qu’il veut en faire (chien de garde, de défense ou de compagnie). Mais ces tests n’ont de valeur que dans un contexte donné et ponctuel.

Le comportement du chien pourra être largement influencé, voire modifié, dans les années ultérieures par son mode de vie et son éducation. Ainsi, un chien bien sociabilisé d’après les tests, peut par la suite se révéler agressif pour des raisons multiples, mais souvent d’ordre relationnel : maître tyrannique, chien seul dans la journée, etc. C’est pourquoi les exercices du test de Campbell ne doivent en aucun cas être un argument de vente. Ils sont à considérer comme un guide pour l’éducation du chien que l’on a choisi.

Haut