Field Trial

Raison d’êtreButPrincipes de baseDéroulementJugementAttributionConclusion

Nous sommes actifs et reconnus dans les concours « Field Trial » pour épagneuls leveurs de chasse depuis 1993 et ce, que ce soit à titre d’organisateur, de participant conducteur / manieur de chiens ou à titre de juge.

  • Membre du comité organisateur des « Field Trial » depuis le début du Club de Chiens de Chasse de Québec Inc. J’ai occupé diverses fonctions à titre de président, coprésident, secrétaire/trésorier et bénévole dans plusieurs événements.
  • J’ai présenté et continue de présenter nos chiens régulièrement depuis 1994 dans diverses provinces à travers le Canada, dans les diverses classes d’événements cynophiles officiels dont les « Field Trial » homologués par le Club Canin Canadien.
  • Je suis agréé en tant que juge par le Club Canin Canadien depuis 1995 pour toutes les classes de concours sur le terrain « Field Trial » pour épagneul leveur de chasse « flushing spaniel » et j’ai jugé depuis dans diverses provinces du Canada telles que la Nouvelle-Écosse, l’Île-du-Prince-Édouard, le Québec, l’Ontario, Manitoba et l’Alberta.
  • J’ai été nominé (par le Scotia Springer Club et le Prince Edward Interprovincial Springer Spaniel Club) parmi les six finalistes canadiens et américains pour juger le Championnat National Canadien 2009 de concours sur le terrain pour épagneuls leveurs de chasse soit le «2009 Canadian National Spaniel Field Trial» qui s’est tenu en Nouvelle-Écosse.
  • Je suis agréé en tant que juge par le Club Canin Américain « American Kennel Club – AKC » et le « English Springer Spaniel Field Trial Association – ESSFTA – USA » depuis 2009 pour toutes classes, tous âges « Open all-age & Amateur » de concours sur le terrain « Field Trial » pour épagneul leveur de chasse « flushing spaniel » et j’ai jugé depuis aux Etats-Unis.
  • J’ai été nominé (par le Calgary English Springer Spaniel Club) parmi les six finalistes canadiens et américains pour juger le Championnat National «Open» Canadien 2010 de concours sur le terrain pour épagneuls leveurs de chasse « 2010 Canadian National Open Spaniel Field Trial » qui a été tenu en Alberta.
  • J’ai été nominé (par le Calgary English Springer Spaniel Club) parmi les six finalistes canadiens et américains pour juger le Championnat National «Amateur» Canadien 2014 de concours sur le terrain pour épagneuls leveurs de chasse « 2010 Canadian National Amateur Spaniel Field Trial » qui a été tenu en Alberta.

Photos – Field Trials

Beaucoup de chasseurs et/ou de propriétaires d’un ou plusieurs épagneuls leveurs de chasse « flushing spaniels » ou d’autres races ont entendu parler des compétitions dites « Field Trial » pour chiens de chasse. Pour d’autres, l’envie de venir voir ou d’y participer a effleuré leur esprit, mais sauter à pieds joints dans l’inconnu fait parfois peur, une peur souvent entretenue par de nombreuses rumeurs, une mauvaise réputation, un domaine controversé ou de niveau infranchissable pour le chasseur normal.

Effectivement, les « Field Trial » sont compétitifs mais vous y remarquerez aussi une sorte de fraternité ainsi qu’une ambiance très éducative. Entraîner son chien pour les « Field Trials », y participer ou seulement y être présent à titre de spectateur est très enrichissant à titre de chasseur cynophile. Vous pourrez y voir et y apprécier différentes lignées de chien et leurs performances ainsi qu’y faire des évaluations personnelles. Vous y verrez différents manieurs en complet synchronisme avec leur chien et vous pourrez apprécier aussi leurs façons d’agir dans la reproduction de certaines situations de chasse.

Pour ma part, l’effort consacré à la préparation et à l’entraînement me font bénéficier d’agréables chiens performants à la chasse. Je considère qu’il s’agit d’un sport remarquable et noble, une activité récréative dynamique me donnant des heures des plus plaisantes. Cependant, il faut toujours avoir à l’esprit que si le « Field Trial » est un moyen de vérifier les qualités du chien et celle de son entraînement, la chasse doit rester la vraie finalité. Étant moi-même « trialer » et surtout chasseur, je considère que plusieurs points doivent être éclaircis. Les lignes qui vont suivre vont essayer de vous expliquer ce que sont les « Field Trials », leur raison d’être, leurs buts, leurs principes, leur déroulement ainsi que leurs critères de jugement.

Les « Field Trials » sont des événements hautement compétitifs où chaque chien et son manieur sont en compétition avec les autres équipes. Les « Field Trials » sont conçus pour évaluer et comparer les performances des chiens. Tenus les premières fois en Angleterre au tournant du 20e siècle, ces concours donnent l’opportunité aux manieurs et à leurs chiens de se comparer à leurs pairs sur le terrain. Ces « Field Trials » ont été conçus en tant que tests pour découvrir les meilleurs chiens. Il ne peut réellement y avoir qu’un seul gagnant même si le classement retient les quatre meilleurs chiens du concours (1er, 2e, 3e et 4e). Malgré tout, il ne faut pas oublier que les meilleurs chiens et manieurs les plus expérimentés font aussi des fautes.

De plus, on considère que les qualités naturelles et le dressage-conduite comptent pour un bon pourcentage de l’évaluation. Il faut aussi comprendre que dans les situations d’évaluation, un certain pourcentage de chance est toujours présent comme dans la vie de tous les jours. Les « Field Trials » sont aussi considérés comme plus compétitifs et plus exigeants que les épreuves de chasses « Hunt Test » et nécessitent un entraînement de niveau supérieur, les chiens devant avoir reçu un dressage complet pour pouvoir y participer efficacement. Tandis qu’aux épreuves de chasse « Hunt Test », les chiens sont évalués d’après un standard restreint et plus souple, plusieurs chiens bien entraînés peuvent, sans peine, s’y qualifier.

Haut

Raison d’être

La raison d’être des « Field Trials » est de promouvoir et développer des chiens de haute classe. On se sert donc de ces compétitions et autres épreuves, pour exposer les chiens à des situations qui leur permettent de démontrer leurs habiletés génétiques telles la coopération, le nez, le désir, leur consentement du dressage, leur style, etc. Ainsi, les « Field Trials » permettent une évaluation effective des performances des chiens et contribuent à l’amélioration, jusqu’à un certain degré, des habilités génétiques de la race et au développement de chiens de haute classe. Les compétitions sont des moyens privilégiés pour découvrir et éprouver les grands reproducteurs (mâles et femelles) pouvant transmettre leurs caractéristiques génétiques, nécessaires à la reproduction de bons chiens de chasse, de haut standard et de haute qualité. L’existence des « Field Trials » représente donc des retombées bénéfiques pour les chasseurs en constituant ainsi un excellent bassin de chiens de lignées de chasse aux caractéristiques et qualités souhaitées.

La finalité des « Field Trials » qui sont des concours d’épreuves de travail officielles, est donc l’amélioration des qualités et dispositions des chiens de chasse par la découverte, sur le terrain généralement, des meilleurs représentants de chaque race. Pour ce qui est des éleveurs, on leur accorde des points de championnat et des titres de « trialer » ou de champions de travail.

But

Le but des concours sur le terrain pour épagneuls « spaniels » de chasse est de démontrer les performances d’un épagneul bien dressé. Ces performances ne doivent pas différer de celles exigées lors d’une journée normale de chasse, sauf que dans un concours, le travail du chien doit se rapprocher de la perfection et démontrer ses habiletés sous contrôle. Les concours sont conçus pour découvrir, il ne faut pas l’oublier, les meilleurs chiens de la journée. Ainsi, le but de ces concours est d’insister sur les qualités de l’élevage et du dressage, ce qui produira, éventuellement, de meilleurs chiens sur le terrain.

Principes de base

Haut

La fonction d’un épagneul leveur de chasse « flushing spaniel » est de chercher, de débusquer et de faire lever vivement, de manière déterminée et silencieuse le gibier, de rester immobile à l’envol et au coup de feu. Lorsque le gibier a été tiré, son travail est de marquer l’emplacement de sa chute ou la direction et de le rapporter dans la main. Le chien doit marcher au pied ou être tenu en laisse jusqu’à ce qu’on lui commande de chasser ; il doit alors fouiller parfaitement le couvert désigné, à portée de tir, dans la ligne de quête, sans couvrir le terrain plus d’une fois. Il doit, sans encouragement, faire lever le gibier hardiment, sans hésitation. Lorsque le gibier est levé, le chien doit aussitôt s’immobiliser ou s’asseoir, au commandement si nécessaire. Le gibier est tiré, le chien ne doit rapporter qu’au commandement, une fois que le juge en a donné la directive au manieur. Au commandement, le chien doit rapporter rapidement avec détermination, puis remettre le gibier délicatement dans la main du manieur. Il doit ensuite s’asseoir ou s’immobiliser en attendant les consignes. Le chien doit aussi s’immobiliser à l’envol et/ou au coup de feu sur le gibier mis à l’envol par son concurrent. Un épagneul qui aboie ou qui jappe durant la quête doit être sévèrement pénalisé, ce comportement est inacceptable.

Un épagneul est aussi un chien de chasse rapporteur. Son travail consiste d’abord à chercher, trouver et lever le gibier, ce qu’il doit s’empresser de faire de façon énergique et avec ardeur. Il doit ensuite rapporter le gibier. Pour ce faire, il doit être en mesure de bien marquer l’endroit où le gibier est tombé, de persévérer dans la récupération du gibier blessé et le rapporter promptement dans la main.

La quête et la découverte du gibier sont ses fonctions principales, et il doit absolument travailler à portée de tir. Cette dernière exigence et la transition de chien leveur à chien rapporteur demandent une très grande discipline. En conséquence, inculquer par le dressage les qualités de contrôle, d’immobilité et de réceptivité est d’une importance primordiale.

Si la quête et la découverte du gibier sont prioritaires, les habilités naturelles sont nettement les plus importantes des qualités, notamment celles du nez, de l’intelligence et du contact. Ces qualités naturelles et celles développées lors du dressage font des chiens particulièrement performants.

Haut

Déroulement

Les concours de « Field Trial » sont organisés par des associations, des clubs régionaux ou provinciaux, ou par des clubs de race accrédités et sous le patronage du Club Canin Canadien – CCC et sont désignés comme « Field Trial » licenciés. Ceux-ci sont ouverts à tous les chiens de race pure de la classe des épagneuls leveurs « sporting spaniels » et inscrits à un livre d’origine officiellement reconnue par le CCC.

Les associations ou clubs peuvent organiser des concours « Field Trials » au printemps et en automne et ces « Field Trials » se déroulent tous avec du gibier tiré. Cela est évidemment dû au manque de temps, d’espace et de gibier sauvage. Ces concours sont exécutés sur un ou des parcours préétablis et délimités de façon a fournir le plus possible, le même type de couvert, de végétation et d’opportunité égale à chaque chien de façon à ce qu’ils puissent démontrer leurs qualités de chasse. On y utilise des oiseaux d’élevage précédemment lâchés « plantés » au champ de manière à simuler artificiellement une situation de chasse. Les « Field Trials » de printemps se disputent généralement avec la perdrix bartavelle ou avec le faisan (dépendamment de la région et de la disponibilité des oiseaux). Les « Field Trials » d’automne se disputent toujours sur le faisan. Les « Field Trials » de catégorie de classe mineure sont quant à eux disputés sur le pigeon et/ou la perdrix bartavelle.

Il existe cinq (5) classes officielles dans les « Field Trials » pour épagneuls leveurs de chasse. Celles-ci sont dans deux catégories : la catégorie des classes mineures et la catégorie des classes de championnat aussi appelée classe majeure.

La catégorie classe mineure

Elle comprend 3 classes : la « classe chiots », la « classe limitée » et la « classe chiens de chasse ». Ces classes consistent généralement en une seule série d’épreuves et sont jugées sur une base minimale, par chien, de deux contacts sur oiseau. Les juges peuvent décider d’y ajouter des contacts additionnels et, quoique peu fréquents aussi, de faire concourir certains chiens dans une seconde série pour déterminer les classements. Les chiens concourent en solo (et non en paire) sous l’observation de deux (2) juges et du manieur et ils sont accompagnés de deux tireurs officiels (un à chacun des côtés extérieurs du champ et ceci, sauf pour la «classe chiens de chasse ».

  • Classe chiots « puppy stake » : pour les chiens âgés d’au moins six mois et de moins de deux ans le jour du concours où la classe chiots est jugée.
  • Classe limitée « limit stake » : pour les chiens âgés d’au moins six mois le jour du concours et n’ayant jamais obtenu de classement lors d’une classe ouverte pour tous âges ou les deux premières places dans une classe régulière officielle (sauf la classe chiot).
  • Classe chiens de chasse « shooting dog stake » : pour tous les chiens âgés d’au moins six mois le jour du concours où la classe est jugée. La particularité de cette classe est que le manieur agit lui même comme tireur (il n’y a aucun tireur officiel pour cet événement) et que le travail du manieur et du tireur sont observés et jugés sur l’ensemble.

Catégorie classe de championnat

Les classes de championnat comprennent la « classe amateur tous âges » et la « classe ouverte tous âges ». Ces 2 classes sont appelées classe de championnat parce que ce sont les seules classes dont les gagnants des classements (1er, 2e, 3e et 4e) obtiendront des points de championnat dans le but d’emporter le titre de « Champion de concours Field trial » – FTCH.

  • Classe amateur tous âges « amateur all-age stake » : pour les chiens âgés d’au moins six mois le jour du concours où la classe est jugée. Les chiens qui participent à une classe amateur doivent appartenir à un amateur et être maniés par un amateur.
  • Classe ouverte tous âges « open all-age stake » : pour tous les chiens âgés d’au moins six mois le jour du concours où la classe est jugée.

Ces classes doivent comporter un minimum de trois séries d’épreuves et se déroulent d’une façon alléatoire par un principe d’élimination généralement crée par des fautes majeures des chiens ou par des situations pénalisées. Dans les deux premières séries, deux chiens y concourent en couple, ils doivent travailler simultanément, de façon parallèle et adjacente sur chacun de leurs parcours respectifs, préétablis et délimités par des drapeaux. Les parcours sont généralement établis selon la direction du vent, la superficie et la topographie du terrain disponible.

Une équipe officielle de trois tireurs est présente, deux d’entre eux assistent le manieur et sont placés sur chacun des côtés extérieurs du parcours. Chacun des chiens y concourent sous l’observation d’un seul juge (A ou B) suivant l’ordre de départ préétabli par tirage au sort et selon le déroulement du concours. Chaque chien à la responsabilité de trouver les oiseaux situés sur son parcours. Il est généralement jugé sur une base minimum de deux à trois contacts sur oiseau par série (à moins qu’il ait commis une faute majeure le disqualifiant immédiatement). À la fin de la première série, les chiens ayant bien performé et obtenu les points nécessaires, sans fautes majeures, sont rappelés par les juges à concourir en deuxième série sous l’observation de l’autre juge et sur l’autre parcours adjacent et parallèle.

Les chiens ayant le mieux performé et ayant les points nécessaires dans les deux premières séries, sont les meilleurs chiens et sont rappelés par les juges (A et B) à concourir en troisième série où ils seront évalués plus minutieusement. En troisième série, les chiens concourent en solo sous l’observation des deux mêmes juges (A et B). Le parcours de la troisième série est généralement établi selon une autre direction du vent (généralement par un vent de côté) et/ou selon la superficie et la topographie du terrain disponible. Il peut arriver parfois qu’une série de rapports à l’eau soit ajoutée comme épreuve. À la fin des trois séries ou de toutes les séries, les juges déterminent les gagnants des classements du concours, soit les quatre meilleurs chiens (1er, 2e, 3e et 4e) de la classe. Il peut aussi être attribué certains classements spéciaux tel qu’un certificat de mérite mais pour ceux-ci aucun point de championnat n’y est attaché.

Haut

Jugement

En se conformant aux principes de base des concours sur le terrain « Field Trial », les juges doivent établir leur évaluation d’après l’observation de la performance et du travail du chien. Les chiens sont jugés sur leur habileté à chercher et à trouver le gibier, à couvrir tout le terrain, à démontrer leur courage face au couvert, à demeurer immobiles à l’envol du gibier et au coup de feu, à obéir à tout commandement et à rapporter le gibier abattu rapidement et efficacement. Les juges doivent aussi tenir compte de tous les facteurs tels que les différences du terrain ainsi que les variations du couvert et du vent.

En s’attachant à une attitude objective et positive pour leur jugement, les juges doivent tenir compte des habiletés naturelles du chien et chercher à évaluer les qualités suivantes :

  • Couverture du terrain
  • Ardeur dans la quête
  • Persévérance et courage sur le terrain et dans le couvert
  • Puissance du nez et utilisation du vent
  • Habilité à trouver et débusquer le gibier
  • Immobilité (sagesse) à l’envol et au coup de feu
  • Aptitude à marquer la direction et la chute du gibier
  • Habilité à retrouver le gibier
  • Rapidité et style du rapport du gibier
  • Tenue du gibier en bouche (bouche tendre)
  • Contrôle et volonté d’obéir
  • Maniement et direction du chien

Les fautes majeures pouvant disqualifier immédiatement un chien de la compétition et faire qu’il ne soit pas rappeler dans une autre série sont :

  • La non localisation et d’un oiseau par le chien sur son parcours et observé par le juge après son passage
  • Le non respect de l’immobilité (sagesse) à l’envol, au coup de feu et à la chute de l’oiseau
  • Le manquement à s’immobiliser et à honorer un oiseau mis à l’envol par le chien de l’autre parcours ou au coup de feu et à la demande du manieur
  • Le non succès sur un rapport d’un oiseau abattu
  • Le non contrôle du chien par son manieur créant une interférence avec l’autre compétiteur
  • La non localisation d’un oiseau « piéteur » lorsque le chien l’a poursuivi à la trace
  • Présence évidente de marques de dents dures sur les oiseaux

Attribution du titre de « Champion de concours Field Trial » – FTCH.

La « classe amateur tous âges » et la « classe ouverte tous âges » sont les seules classes pouvant mener indépendamment au titre de « Champion de concours Field trial » (de classe ouverte – FTCH ou de classe amateur – AFTCH). Les gagnants des classements d’un « Field Trial » obtiendront des points de championnat selon le barème suivant : 5 points pour la 1ère place, 3 points pour la 2e place, 2 points pour la 3e place et 1 point pour la 4e place.

Pour acquérir le titre de « Champion de concours Field Trial » (classe ouverte ou amateur), un chien doit :

  • Gagner au moins un total de 10 points, incluant au moins une 1ère place dans un « Field Trial » de la classe du championnat
  • Avoir gagné ses dix points sous au moins deux paires de juges différents
  • Avoir obtenu au moins une 4e place dans la classe de catégorie du championnat dans laquelle les oiseaux utilisés étaient du faisan ou de la perdrix bartavelle
  • Avoir démontré son habilité à nager et à rapporter du gibier à l’eau lors d’une épreuve ou d’une série avec rapports à l’eau.

Les chiens s’étant classés dans les quatre premières place d’un « Field Trial » de la classe de championnat (ouverte et/ou amateur) est admissible aux deux prochains championnats nationaux de la classe concourue. Ces championnats nationaux ont lieu une fois l’an à l’automne et annuellement tenus dans une région différente du pays. Le chien gagnant de ce championnat national conduit sur six (6) séries (cinq séries au champ et une série avec rapport à l’eau) se voit décerner le titre de Champion National de concours Field Trial – NFTCH.

Haut

Conclusion

Le fait est que dans le monde cynophile, il n’y a qu’une faible minorité de chiens qui peuvent être de bons sujets possibles pour les compétitions de « Field Trial » et ceci, sans toutefois parvenir à obtenir des titres et ou être des champions. On devrait donc apprécier les champions, les gênes et le « hot-blood » transmis par plusieurs générations. Sans un programme d’accouplement adéquat pour la transmission des qualités, les chiens de chasse offerts et disponibles pour les chasseurs seraient continuellement de qualité moindre.

Ainsi, il y a peu de chiots et de chiens qui ont le potentiel nécessaire aux exigences réclamées d’un chien de compétition de « Field Trial », mais la majorité d’entre eux peut faire un excellent travail comme chien de chasse et combler les rêves du chasseur. Inutile de dire que plusieurs grands chiens n’ont jamais mis les pattes sur un terrain de compétition. À l’occasion, vous les trouverez en mauvais état, tout éraflé et épuisé, pelotonné, couché en rond aux pieds de leur maître, leur meilleur compagnon de chasse, cela souvent, devant un bon feu de bois terminant une autre bonne journée de chasse. Ils auront vécu une autre spectaculaire performance, mais celle-ci ne sera jamais inscrite dans les carnets des juges. Ces chiens, tous comme les grands chiens de compétition et de « Field Trial », ont ce même feu intérieur du désir de chasse et cette passion incontestable.

Évidemment, la majorité des gens préféreront la chasse parce que c’est peut-être moins frustrant que les compétitions, dans la mesure où les éventuelles fautes peuvent être effacées dans l’heure par des instants grandioses, alors qu’en concours, la sanction est moralement brutale et irréversible. La chasse quant à elle, demeure l’espoir de la découverte sans la contrainte stressante de la compétition. Ainsi donc, même si vous ne participez pas aux compétitions ou que vous n’appréciez pas celles-ci, ce qui est légitime, remerciez au moins l’existence de ces événements. Ceux-ci permettent de perpétuer les qualités les plus désirées à posséder par les chiens de grande classe. Ce sont leurs réelles retombées pour le monde du chien de chasse.